Technique de fabrication d'une harpe

 

Harpe réalisée au cours du stage dirigé par Sylvestre Charbin lors du Festival international de harpe celtique de Dinan. Ce stage m'a donné envie de me lancer moi même dans l'aventure...

 

Etablir le plan de la harpe grandeur nature

La recherche iconographique

Pour les différents plans, voir le site du luthier Yves d'Arcizas

 

Un plan précis comprenant toutes les mesures est l'étape suivante. De lui découlera tout le reste du travail : choix de bois non approximatif évitant d'importants déchets ; réalisation des assemblages facilitée ; espaces de sculpture prévus à l'avance.

 

Choix du bois pour la fabrication

Le type de bois utilisé pour la fabrication de la harpe doit être un bois "qui sonne". En effet, les fibres de certains bois conduisent plus ou moins le son. Les arbres fruitiers sont réputés en ce domaine : le merisier (cerisier sauvage), le poirier,...

Le bois de lutherie sera employé pour la caisse de résonance. Le coût de celui-ci est élevé en raison du séchage lent des pièces de bois (parfois 25 ans). Le mode de séchage est important concernant le risque de rupture des fibres du bois.

Chaque sorte de bois présente également une teinte spécifique et un veinage particulier

Tous ces critères interviennent dans le choix du bois, leurs combinaisons faisant de la harpe réalisée un instrument unique.

 

Quelques outils spécifiques

Seuls le compas et la règle étaient utilisés par les anciens. De nos jours, le facteur de harpe dispose d'outils lui facilitant le travail et lui donnant une meilleure précision :

       

Alésoir à 2% : permet de percer les trous où viendront se loger les chevilles. Celles-ci ont une conicité de 2% afin de ne pas bouger dans la console.

Perceuse sur colonne : permet de percer avec précision les trous de la console et ceux de la table d'harmonie par lesquels passeront les cordes.

 

Différentes étapes de la fabrication

Pour les chevilles, différents matériaux peuvent être utilisés :

- l'os de bovin offre une résistance à la traction convenant aux chevilles

- le buis

- le métal est indispensable lorsque la harpe est cordée en métal.

 

 

   

 

 

Découpe des éléments de la harpe : fabrication des gabarits des différentes parties de la harpe selon le plan et positionnement sur la planche.

Perçage des trous à l'aide de la perceuse sur colonne. L'alésoir est ensuite utilisé afin de former la conicité du futur logement de la cheville.

L'assemblage :

C'est la partie du travail la plus délicate. Plusieurs sortes d'assemblages sont possibles. L'assemblage de base est le tenon-mortaise. Ils peuvent être chevillés et/ou collés.

 

Voir aussi le diaporama luthier